Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 20:35

Ami lecteur, pour lire les aventures de Spunky, clique sur l'onglet

 

"En avant, mauvaise troupe !".

 

Et si tu n'as pas lu l'épisode précédent: Le retour de Spunky (part 3)

Et si tu n'as jamais lu, direction le début : Le retour de Spunky (part 1)

 

 


 

Quelle est la différence entre un pur-sang et un bain de sang ?

 

                Spunky, joyeuse, et Jom, ayant retrouvé un peu de contenance, se dirigent donc vers une petite place, où de nombreux étals sont exposés. Ils espèrent trouver une personne qui pourra leur indiquer un bon marchand de chevaux.

Jom (constatant qu’il y a foule) : Cette place est vraiment fréquentée. (à lui-même) Si seulement nous pouvions nous renseigner, chacun de notre côté. Si je ne redoutais pas sa prochaine gaffe. En même temps, si je ne lui donne pas sa chance de prouver qu’elle n’est pas le danger public qu’elle semble être, nous n’y arriverons pas… Ah, je n’arrive pas à croire que je vais dire ça mais (à Spunky) : Cela serait plus efficace si nous nous séparions !

Spunky (s’éloignant déjà de Jom) : ok !

Jom : Reste à portée de vue. Et sois polie … et pas de baston, s’il te plait !

Spunky: Ok! Ok! Et ok!

Jom (arrêtant Spunky) : Juste pour être sûr : pourquoi sommes-nous là ?

Spunky : Pour la quête ?

Jom : Oui. Mais également ?

Spunky : Pour …un poney !!!! (en plein délire) Bisous-bisous, le petit poney tout mimi !!!

Jom : Non, pas de poney ! J’aurai l’air fin sur un poney ! Je te rappelle que je suis un grand druide ! Bon, nous devons trouver où acheter un cheval ! C’est bon ? Tu t’en souviendras ?

Spunky: ok!

Jom (inquiet): Spunky?

Spunky (récitant) : info-pas de baston-polie-cheval-à portée vue ! Ok, ok ! (s’éloignant et s’adressant à une vieille femme vendant des breloques) Salut à toi l’ancienne. Sais-tu où je pourrais trouver des bons tuyaux pour des chevaux ?

                Au bout d’une heure, Jom décide de retrouver Spunky pour se rendre chez un maréchal ferrant qu’on lui a recommandé. Mais impossible de trouver Spunky. Après un instant de vive panique, il l’aperçoit venant à sa rencontre.

Jom : Où étais-tu ?

Spunky : Ben, je suis allée me renseigner pour le cheval. Oui, parce que, de toute évidence, je suis punie de poney pour une bêtise que je n’ai pas faite … en tout cas, pas de ma volonté propre.

Jom (ayant un peu de mal à faire abstraction de l’obsession de Spunky pour les poneys) : Hein ?

Spunky : Tu sais le « info-pas de baston-polie-cheval-à portée vue ». Je me suis bien débrouillée ! Je n’ai pas acheté un cheval, mais trois ! Et pour une bouchée de pain !!! Alors, qui s’inquiétait pour rien ?

Jom : Je ne sais pas… Je redoute la tuile.

Spunky (perplexe du rapport chevaux/couverture de toit)  : … Mais non, j’ai acheté TROIS chevaux, pour quelques pièces seulement.

Jom : Non non, je suis attentif. Je sens arriver la crise de fou rire … ou de nerfs. Et, où sont donc tes chevaux ?

Spunky : Ben, j’ai un petit ticket avec les numéros de réservation. Par contre, le gars du guichet, qui était très con, m’a demandé si je les voulais dans l’ordre… Pfff ! Ça change quoi, dans l’ordre ou pas ???

Jom (stoïque) : Ton ticket de réservation, tu l’as eu dans le grand bâtiment ovale, à la sortie de la ville ? (Spunky acquiesce) A l’hippodrome, donc. Tu ne les as pas achetés, tu as parié dessus !

Spunky : Ah… ça explique, alors, pourquoi le type vraiment con du guichet m’a refilé autant de sacs de pièces d’or quand il m’a rendu la monnaie ! Je me disais aussi…

Jom : Non, parce que… tu as gagné ? (Spunky lui tend quatre petits sacs de toile, plein de pièces en or) Grandiose. Formidable… Je suis… bien content… et rassuré. Tu peux donc faire des choses sans déclencher une catastrophe. Maintenant que nous avons de tels fonds -grâce à toi- et un renseignement fiable -grâce à moi-, allons chez le maréchal ferrant. Nous pourrons y acheter une belle monture !

Spunky : Et un cheval !

                Les deux compagnons de quête se rendent donc chez le maréchal ferrant et Jom y choisit un très bel étalon. Mais, alors qu’il paie le brave homme…

*hihihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiihihiiiiiiiiiiii froooouuut froutttttt hiiiiiiiii* (cri du cheval) (Note de l’auteur : excellent bruitage, non ?)

Jom (accourant) : Que se passe-t-il ?

Spunky (tenant dans une main une patte arrière de l’étalon) : Je suis profondément désolée. Je voulais juste le marquer au nom de notre compagnie. Comme on marque les vaches…

Jom (faisant de l’air de la main au maréchal ferrant qui s’est évanoui devant la boucherie. Note de l’auteur : qui a dit chevaline ?) : Mais… mais … mais… (très secoué) Qu’as-tu fait … encore ?

Spunky (dans un souffle) : Ben, au début, je me suis juste amusée à nous trouver un nom de compagnie… parce qu’une compagnie sans nom, ça fait débutant, non ? Amateur même ! Je réfléchissais à un nom qui impressionne, genre La terrible compagnie de Jom et Spunky ! Mais c’était un peu à double tranchant : terrible/terrible. Tu comprends ? Parce que le mot « terrible » peut avoir une connotation péjorative (Note de l’auteur : Spunky a utilisé l’intégralité de son quota de mots intelligents). Bref, après, je me suis dis qu’un nom étranger, ça pouvait faire son effet : The incredible duo of the two companions ! Mais, c’était trop long. Alors, je me suis lancé -l’inspiration aidant-  dans un mélange entre nos deux noms, style Jomsky ou Spum. Mais, cela impliquer de corriger le nom sur le cheval à chaque nouveau compagnon rencontré (Ndla: alors que les précédents noms proposés non !). Et, on fait comment si un compagnon nous lâche ? Je me suis finalement décidée à faire au plus simple : JS, juste nos initiales ! Et, c’est quand j’ai voulu me servir de ma vision laser pour le marquage que je me suis, peut-être, un peu emballée ! Mais, pour ma défense, je pensais que la cuisse d’un étalon serait plus dense… il est où le muscle ? Que de la graisse ! Même pas un petit *viouuu*, avec les yeux à demi fermés, et *plaf* la jambe par terre, et le canasson qui hurle… (Ndla : et tout ça en moins de 1min24s. Plus rapide qu’un TGV… mauvais exemple… ça dépend de la ligne… plus rapide que Superman, mais moins que Flash, parce que faut pas pousser quand même. Alors qui a dit que Spunky n’était pas un vrai super héros ? Euh, on en était où ?)

Jom (reprenant ses esprits) : Et bien, si tu les avais OUVERTS tes YEUX, au lieu de les fermer à MOITIE, tu aurais peut-être épargné cette pauvre bête… et l’apprenti du maréchal ferrant qui, de toute évidence, se tenait derrière ce pauvre cheval ! …Cheval que j’ai déjà payé !

Spunky : Mais, j’ai cautérisé la plaie. Tu vois ? Ça ne saigne plus. Merci qui ? (devant le regard noir de Jom) Mais, je suis désolée pour ce jeune homme. Jeune homme qui n’aurait jamais dû se cacher derrière un cheval : c’est dangereux, il aurait pu se prendre un coup de sabot !

Jom (sans mot) : …

Le maréchal ferrant (sans mot) : …

Spunky : Bon, ce qu’on va faire, je vous laisse deux sacs d’or : un pour la famille de l’apprenti, qui, de toute façon, n’aurait jamais réussi dans ce milieu, et un pour que vous vous occupiez du cheval à trois pattes.

Le maréchal ferrant (toujours sans mot) : …

Spunky (magnanime) : Et, on va aussi vous prendre un autre cheval, pour mon ami Jom.

Le maréchal ferrant : Mais… mais, je n’en ai plus. C’était mon dernier. Je n’ai plus que deux poneys et un âne.

Spunky (le regard brillant) : Un pitipitipitipiti poney tout mimi ?

Jom (la coupant dans son élan) : On va prendre l’âne. Combien pour l’âne ?

Spunky (grommelant pendant que Jom paie et s’excuse à nouveau auprès du maréchal ferrant) : Ah ouaih… pas de poney… J’ai encore fait une bêtise, c’est ça ??

Jom : Mettons nos affaires dans les sacoches de l’âne qui ne sera PAS marqué … ni tatoué. Maintenant, pour la survie de cette compagnie, nous devons engager quelqu’un! Parce qu’entre seul avec toi et vraiment tout seul, le choix sera vite fait… et, moi aussi, je serais puni de poney, alors !

Spunky (n’ayant pas compris la menace sous-entendue) : Yeah ! Un nouveau compagnon ! C’est parti. Et, tu sais, j’ai entendu parler d’une fée qui se donne en spectacle, tous les soirs, dans une grange pas loin. On pourrait y aller.

Jom (partagé) : Oui… ça a l’air dangereux et douteux… mais, pourquoi pas ? Oui. Ok. Allons-y.

Spunky (satisfaite) : Cool ! Ce soir, c’est soirée catch !!!

Jom (interloqué) : De quoi ?

 

A suivre…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Andy, Spunky et moi - dans Divers

En Deux Mots... Ou Plus

  • : Trentenaire et geek... et pluripare
  • Trentenaire et geek... et pluripare
  • : Bonjour à toi, ami lecteur, et merci de venir lire ce blog. Tu y trouveras de la BD, des chroniques, des avis et pas mal d'idioties ! Amuse-toi bien et n’oublie pas d’en parler à tes amis… lecteurs ou pas !
  • Contact

Ma page Hellocoton

Découvrez Hellocoton   

Toutes les œuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits.

 

 

 

   

Archives

Catégories